Google
Rechercher un thème

Menu

La Cuisine

Comme on dit Cuisine française, Cuisine Chinoise, on dit aussi Cuisine Antillaise. Cette cuisine écrite et très respectueuse de la diététique, est un objet de culte et de fierté à la Martinique et à la Guadeloupe ; et c'est à juste titre.
Cette cuisine écrite très saine est assurément du même niveau que la cuisine française dont elle est une variante, pour l'élégance, la finesse et le service de la table.
Elle est à base de produits naturels et les légumes locaux y ont la meilleure place.
Les viandes sont: le porc maigre local, le cabri, les crabes, cent poissons et les autres fruits de la mer.
Les modes de cuisson, le traitement du produit, les protocoles du service sont directement transmis de la cuisine française.
On ne vous donnera ici aucune recette. L'initiation à cette cuisine se fait par le goût. Allez à la Guadeloupe, goûtez à tous les plats locaux et faites-vous raconter leur préparation.
Vous ramènerez un petit livre, et vous vous amuserez à renouveler ces recettes qui vous auront donné tant de satisfactions gustatives.



Il existe à la Guadeloupe une fête originale qui est une institution: C'est la Fête des Cuisinières. C'est le jour de célébration du culte de la cuisine locale.
On intronise, on réalise des chef-d’œuvres. Cette fête commence après la messe, le samedi qui suit la Saint Laurent (10 août). Les plats à goûter obligatoirement sont nombreux. Citons : matoutou de cribiches (écrevisses), matété de crabes, crabes farcis, palourdes farcies, les daubes, le colombo, les lambis, les migans, calalou, pois de bois, banane jaune (paraisiaca), fruit à pain, giraumonades, bébélé, aubergines farcies, court-bouillon de poissons frais... Tout cela dans des variantes très diversifiées ; et beaucoup d'autres préparations. Rien ne s'improvise quand on voit le rusticité de la matière première, puis le festin qui résulte de la préparation.
Dès votre arrivée, dites à l'hôtesse qui vous accueillera votre curiosité pour cette particularité si marquante. Elle fera tout pour vous surprendre. La bonne cuisine est un élément de la fierté locale.
A côté des plats principaux, il y a cent préparations pour les apéritifs et les entrées. Goûtez la salade et la chiquetaille de morue salée et les avocats du pays qui vous feront souvenir que l'avocat est un fruit à part entière et pas un mauvais condiment.
Ce qu'il faut éviter à tout prix, ce sont les emprunts standards qu'on se risque à vous servir dans les mauvais lieux de la cuisine ; ce sont les desserts savants à base de fruits et d'alcool qui n'existent pas dans la vraie cuisine créole ; ou bien les langoustes grillées qui gâtent la matière et provoquent la diététique.
Refusez la fausse couleur locale de la grillade de graisses fumeuses qui est une insulte à la tradition locale et à la diététique. Tout cela est servi par facilité aux touristes non avertis.
Pour le dessert, dégustez les cent fruits sauvages ou cultivés qui ont gardé leur goût authentique : les diverses variétés de bananes (figues pommes et figues sucrées...), la mangue pomme et les nombreuses espèces de mangues, l'ananas bouteille- qui est l'ananas d'origine-(on ne prononce pas l's final), les caramboles, les cerises locales, la pomme lianne, le melon du pays, l'orange locale, la pomme rose, la pomme malaca, la pomme cithère (on dit "pomme" pour désigner les fruits ronds), les goyaves diverses... pour ne citer que ce qui vient immédiatement à l'esprit.
Informez-vous sur place; on vous donnera de bonnes adresses pour l'authenticité.